La haine

Septembre 2006 -

En réponse à l'intérêt des lecteurs qui depuis le site us nous ont écrit :

Bien des jours, bien des mois se sont écoulés depuis cette tragédie qui a frappé notre fille et notre famille. En fin, Jo a réussi son DAEU -diplôme d'accès aux études universitaires - avec des notes allant de 14 à 17... elle s'inscrit cette semaine pour débuter un cursus de Droit.

Son père a été admis en chirurgie cardiaque le mois dernier pour y subir un triple pontage. Son coeur usé par la chagrin, la douleur, l'angoisse pour ne pas dire l'épouvante de tous ces mois à chercher notre enfant... de ces dernières années à tenter de continuer...

Il est illusoire de croire que l'on peut reprendre une vie normale après de tels événéments. Il m'a fallu de longs mois pour réaliser que je suis morte en 2001, la juge Odile Barral en initiant une expérimentation humaine sur ma fille, en la plaçant chez un dealer m'a assassinée.

Déshumanisée, je me lève et je survis mais je ne vis plus ; chaque jour, dans l'attente de l'horreur à venir... à sursauter à la sonnerie du téléphone... à attendre. Notre capacité à nous réjouir ne s'est pas altérée, elle a disparue, anéantie, incapable de renaître.

J'ai décidé il y a bien longtemps de ne plus jamais travailler juste me consacrer à mon site juridique, plus aucune contrainte... plus aucun bien matériel... pour être libre... libre d'agir.

Il est illusoire de croire que le temps efface ou attenue la haine, le temps ne fait que la renforcer ! une rage froide s'insinue doucement avant de s'installer durablement.

Septembre signe la rentrée scolaire. Une de plus pour la fille d'Odile Barral qui ressemble tant à sa mère... qui n'a pas encore l'âge qu'avait Jo en 2001...

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site