Les aveux de Me Barral relativement à son action tortionnaire et barbare

 

Destinataire : Odile Barral, juge - 7 juin 2003  -   Aucune réponse de sa part

Madame,

Je viens de recevoir le jugement que vous venez de rendre suite à l'audience. Je remarque avec surprise que la sémantique ne vous est pas tout à fait inconnue puisque vous utilisez à juste tire, il faut le souligner, le terme 'indignation', reconnaissant et qualifiant ainsi la nature même de votre action.

L'indignation étant 'un sentiment de colère et de mépris, provoqué par une injustice, une action honteuse' ; en effet, je peux être en autre indignée par l'action destructrice, planifiée, menée par vos soins depuis deux années consécutives ; indignée par l'acharnement dont Jocelyne a été l'objet et la malheureuse victime.

En effet, je peux être indignée par l'action honteuse qui a consisté au placement de ma fille, alors que je demandais une mesure d'aide éducative, dans une maison où la drogue circule librement… ou dans un foyer à Angoulême, situé géographiquement dans ce qu'il est communément admis d'appeler une 'zone' et où les jeunes se font agresser plus que de coutume.

L'on peut, indubitablement, qualifiée d'honteuse celle que vous avez dirigée, qui ne visait qu'à détruire physiquement et mentalement ma fille, en la mettant en situation de danger permanent ; sans doute, votre action était-elle dictée par l'idée illusoire, le sentiment illusoire que les juges sont en France de fait intouchables.

Si la qualification juridique de tentative d'homicide ne peut au pénal être retenue contre vous, votre action s'apparente à une tentative d'homicide puisqu'il apparaît patent que vous avez mis en œuvre des moyens visant à la mort de Jocelyne. Il est vrai que votre action témoigne de la doctrine extrémiste qui est la votre : Mengele aurait vu en votre ignoble personne une collaboratrice de choix.

Vous m'avez fait remarqué lors de la dernière audience que mes écrits et mes propos vous dérangeaient. Je le comprends aisément ; en effet, être dévoilée comme une tortionnaire, d'une cruauté indescriptible, comme une prédatrice n'est guère honorable mais il est vrai que certains termes à l'instar d'honneur… ou responsabilité vous sont inconnus.

Quoi qu'il en soit, j'ai bien l'intention de poursuivre…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site